Un exemple de transposition : les vases en pierre égyptiens de style Base-Ring

La transposition est un phénomène bien attesté dans l’Egypte ancienne. Différente de l’imitation, elle consiste à « déplacer des éléments d’un domaine à un autre », en l’occurrence d’un matériau à un autre, dans l’exemple qui intéresse ce billet. Pendant l’Ancien Empire, les formes caractéristiques de la vaisselle de pierre sont fréquemment copiées en céramique. Pendant le Nouvel Empire se développe le phénomène inverse, qui consiste à copier une forme céramique en pierre[1]. Dès lors, les artisans ne se contentent pas de reproduire les formes traditionnelles du répertoire égyptien, ils s’inspirent également volontiers des céramiques importées, en particulier des vases chypriotes Base-Ring I.

La céramique Base-Ring I est élaborée dans le nord-ouest de l’île de Chypre, pendant le Chypriote récent IA (c. 1650-1550 av. n. è.), à partir de la tradition de céramique Proto Base-Ring. Elle se diffuse dans les sites du sud et de l’est de l’île pendant le Chypriote récent IB (c. 1550-1450 av. n. è.). Ces vases ont une pâte fine, dure, de couleur gris à gris foncé (Munsell 10YR 3/1, 10YR 4/1, 2.5YR 3/1 et 3/N). La surface est recouverte d’un engobe brun foncé à noir, soigneusement bruni. Ces vases sont ornés de motifs en reliefs, incisés, ou d’une combinaison des deux. Découvertes presque exclusivement en contextes funéraires, les cruches et cruchettes Base-Ring I circulent largement en Égypte pendant aux XVIe et XVe siècles av. n. è.[2]

Fig. 1. MMA 26.8.18, Fletcher Fund, 1919, avec la courtoisie du Metropolitan Museum of Art, New York http://www.metmuseum.org/art/collection/search/547631

Les transpositions en pierre de formes Base-Ring I sont attestées dès le début de la XVIIIe dynastie, sous le règne d’Aménophis Ier.[3] Ce phénomène prend toutefois une ampleur nouvelle sous le règne de Thoutmôsis III (c.1479-1425 av. n. è.). Découverte en 1916, la Tombe des trois épouses étrangères de ce souverain a livré un exemple remarquable de ce type d’artefacts, actuellement conservé au Metropolitan Museum of Art, à New York (Fig. 1)[4]. Taillé dans de l’albâtre égyptien, ce vase d’environ vingt centimètres de hauteur exhibe toutes les caractéristiques formelles des cruches chypriotes Base-Ring : une ouverture ronde, un bord éversé, un col cylindrique, une panse ovoïde, une base annulaire et une anse verticale attachée sur le col et à l’épaule. La jonction du col et de l’anse est marquée de deux godrons horizontaux incisés. Le dos de l’anse est orné de trois lignes verticales et son attache inférieure est relevée d’une volute, détail typique de la vaisselle métallique.

À Chypre, les rapports entre la céramique Base-Ring et la vaisselle métallique, dont elle pourrait avoir été inspirée, ont souvent été questionnés[5]. Un bol en bronze d’une forme très semblable à celle des bols chypriotes a été découvert dans la nécropole d’Assasif, à Thèbes (Fig. 2). Son origine, chypriote ou égyptienne, est toujours l’objet de vives discussions. Malheureusement, les attestations de vases en métal sont rares, que ce soit à Chypre ou en Égypte, et nous manquons d’exemples de formes ayant pu servir de prototypes.

Fig. 2. MMA 16.10.438, Rogers Fund, 1916, avec la courtoisie du Metropolitan Museum of Art, New York http://www.metmuseum.org/art/collection/search/544809

L’intérieur du vase découvert dans la Tombe des trois épouses étrangères de Thoutmôsis III contenait des résidus d’onguents[6]. Les parois épaisses des vases en pierre permettaient de préserver efficacement les onguents, baumes et autres préparations huileuses de la chaleur. Ainsi, bien que ce vase s’inscrive dans la tradition formelle chypriote, sa fonction était bel et bien semblable à celle de ses homologues égyptiens. Considérés comme des objets de luxe, les pots à onguents faisaient partie intégrante des assemblages funéraires, à l’instar des vases canopes. Les artisans égyptiens ont également occasionnellement transposé dans la pierre d’autres formes Base-Ring, telles que celles des flacons « bilbils »[7]. Ces transpositions restent toutefois peu communes, certainement en raison de leur forme, qui n’était que peu adaptée à l’usage traditionnel des vases en pierre en Egypte. L’attrait pour la vaisselle en pierre de style chypriote semble décliner pendant la période amarnienne. En effet, les deux exemplaires découverts dans la célèbre tombe de Toutankhamon, inscrits aux noms d’Aménophis III et de son épouse Tiyi, constituaient certainement des remplois[8]. Particulièrement fréquentes pendant le Nouvel Empire, les transpositions de formes exogènes dans d’autres matériaux ne se limitent pas à la vaisselle en pierre. La faïence, mais aussi le verre, technique alors nouvellement importée du Levant, puisent dans le répertoire formel chypriote. Ces transpositions élaborées en Egypte ont circulé en Méditerranée orientale, en particulier au Levant, avant de retrouver parfois le chemin de Chypre, berceau de leurs origines.


[1] Marchand, S., « La transposition céramique dans l’Égypte ancienne », dans D. A. Aston, B. Bader, C. Gallorini, P. Nicholson, S. Buckingham (éd.), Under the Potter’s tree. Studies on Ancient Egypt Presented to Janine Bourriau on the Occasion of her 70th Birthday, Orientalia Lovaniensia Analecta 204, Louvain, 2011, p. 605.

[2] Merrillees, R. S., The Cypriote Bronze Age Pottery Found in Egypt, SIMA XVIII, Lund, 1968.

[3] Aston, B., Ancient Egyptian Stone Vessels: Materials and formes, Heidelberger Orientverlag, Heidlberg, 1994, p. 151, type 174, tombe AN B.

[4] Un second vase de style Base-Ring I, en travertin, issus de la même sépulture, est conservé au sein de la collection Bloch-Diener à Berne, en Suisse.

[5] Merrillees, R. S., « Metal Vases of Cypriot Type from the 16th to 13th Century B.C. », dans J. D. Muhly, R. Maddin, V. Karageorghis (éds.), Early Metallurgy in Cyprus, 4000-500 B.C.: Acta of the International Symposium held in Larnaca, Cyprus, 1st-6th June 1981, The Pierides Foundation, Larnaca, 1982, p. 233.

[6] Lilyquist, C., Egyptian Stone Vessels, Khian through Tuthmosis IV, The Metropolitan Museum of Art, New York 1995, cat. no. 83–84, p. 145.

[7] Merrillees 1968, The Cypriote Bronze Age Pottery Found in Egypt, Studies in Mediterranean Archaeology XVIII, Lund, 1968, pl. XXXV nos. 1-2; Karageorghis, V. et Merrillees, R. S., « Imitations of Late Cypriot Pottery found in Egypt », Report of the Department of Antiquities, Cyprus, 2007, p. 145-155.

[8] Höflmayer, F., « Egyptian Imitations of Cypriote Base Ring Ware in the Eastern Mediterranean», dans K. Duistermaat et I. Regulski (éds.), Intercultural Contacts in the Ancient Mediterranean, Orientalia Lovaniensia Analecta 202, Peeters, Louvain, 2011, p. 349–50.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.