Un exemple de transposition : les vases en pierre égyptiens de style Base-Ring

La transposition est un phénomène bien attesté dans l’Egypte ancienne. Différente de l’imitation, elle consiste à « déplacer des éléments d’un domaine à un autre », en l’occurrence d’un matériau à un autre, dans l’exemple qui intéresse ce billet. Pendant l’Ancien Empire, les formes caractéristiques de la vaisselle de pierre sont fréquemment copiées en céramique. Pendant le Nouvel Empire se développe le phénomène inverse, qui consiste à copier une forme céramique en pierre[1]. Dès lors, les artisans ne se contentent pas de reproduire les formes traditionnelles du répertoire égyptien, ils s’inspirent également volontiers des céramiques importées, en particulier des vases chypriotes Base-Ring I.

La céramique Base-Ring I est élaborée dans le nord-ouest de l’île de Chypre, pendant le Chypriote récent IA (c. 1650-1550 av. n. è.), à partir de la tradition de céramique Proto Base-Ring. Elle se diffuse dans les sites du sud et de l’est de l’île pendant le Chypriote récent IB (c. 1550-1450 av. n. è.). Ces vases ont une pâte fine, dure, de couleur gris à gris foncé (Munsell 10YR 3/1, 10YR 4/1, 2.5YR 3/1 et 3/N). La surface est recouverte d’un engobe brun foncé à noir, soigneusement bruni. Ces vases sont ornés de motifs en reliefs, incisés, ou d’une combinaison des deux. Découvertes presque exclusivement en contextes funéraires, les cruches et cruchettes Base-Ring I circulent largement en Égypte pendant aux XVIe et XVe siècles av. n. è.[2]

Fig. 1. MMA 26.8.18, Fletcher Fund, 1919, avec la courtoisie du Metropolitan Museum of Art, New York http://www.metmuseum.org/art/collection/search/547631

Les transpositions en pierre de formes Base-Ring I sont attestées dès le début de la XVIIIe dynastie, sous le règne d’Aménophis Ier.[3] Ce phénomène prend toutefois une ampleur nouvelle sous le règne de Thoutmôsis III (c.1479-1425 av. n. è.). Découverte en 1916, la Tombe des trois épouses étrangères de ce souverain a livré un exemple remarquable de ce type d’artefacts, actuellement conservé au Metropolitan Museum of Art, à New York (Fig. 1)[4]. Taillé dans de l’albâtre égyptien, ce vase d’environ vingt centimètres de hauteur exhibe toutes les caractéristiques formelles des cruches chypriotes Base-Ring : une ouverture ronde, un bord éversé, un col cylindrique, une panse ovoïde, une base annulaire et une anse verticale attachée sur le col et à l’épaule. La jonction du col et de l’anse est marquée de deux godrons horizontaux incisés. Le dos de l’anse est orné de trois lignes verticales et son attache inférieure est relevée d’une volute, détail typique de la vaisselle métallique.

À Chypre, les rapports entre la céramique Base-Ring et la vaisselle métallique, dont elle pourrait avoir été inspirée, ont souvent été questionnés[5]. Un bol en bronze d’une forme très semblable à celle des bols chypriotes a été découvert dans la nécropole d’Assasif, à Thèbes (Fig. 2). Son origine, chypriote ou égyptienne, est toujours l’objet de vives discussions. Malheureusement, les attestations de vases en métal sont rares, que ce soit à Chypre ou en Égypte, et nous manquons d’exemples de formes ayant pu servir de prototypes.

Fig. 2. MMA 16.10.438, Rogers Fund, 1916, avec la courtoisie du Metropolitan Museum of Art, New York http://www.metmuseum.org/art/collection/search/544809

L’intérieur du vase découvert dans la Tombe des trois épouses étrangères de Thoutmôsis III contenait des résidus d’onguents[6]. Les parois épaisses des vases en pierre permettaient de préserver efficacement les onguents, baumes et autres préparations huileuses de la chaleur. Ainsi, bien que ce vase s’inscrive dans la tradition formelle chypriote, sa fonction était bel et bien semblable à celle de ses homologues égyptiens. Considérés comme des objets de luxe, les pots à onguents faisaient partie intégrante des assemblages funéraires, à l’instar des vases canopes. Les artisans égyptiens ont également occasionnellement transposé dans la pierre d’autres formes Base-Ring, telles que celles des flacons « bilbils »[7]. Ces transpositions restent toutefois peu communes, certainement en raison de leur forme, qui n’était que peu adaptée à l’usage traditionnel des vases en pierre en Egypte. L’attrait pour la vaisselle en pierre de style chypriote semble décliner pendant la période amarnienne. En effet, les deux exemplaires découverts dans la célèbre tombe de Toutankhamon, inscrits aux noms d’Aménophis III et de son épouse Tiyi, constituaient certainement des remplois[8]. Particulièrement fréquentes pendant le Nouvel Empire, les transpositions de formes exogènes dans d’autres matériaux ne se limitent pas à la vaisselle en pierre. La faïence, mais aussi le verre, technique alors nouvellement importée du Levant, puisent dans le répertoire formel chypriote. Ces transpositions élaborées en Egypte ont circulé en Méditerranée orientale, en particulier au Levant, avant de retrouver parfois le chemin de Chypre, berceau de leurs origines.


[1] Marchand, S., « La transposition céramique dans l’Égypte ancienne », dans D. A. Aston, B. Bader, C. Gallorini, P. Nicholson, S. Buckingham (éd.), Under the Potter’s tree. Studies on Ancient Egypt Presented to Janine Bourriau on the Occasion of her 70th Birthday, Orientalia Lovaniensia Analecta 204, Louvain, 2011, p. 605.

[2] Merrillees, R. S., The Cypriote Bronze Age Pottery Found in Egypt, SIMA XVIII, Lund, 1968.

[3] Aston, B., Ancient Egyptian Stone Vessels: Materials and formes, Heidelberger Orientverlag, Heidlberg, 1994, p. 151, type 174, tombe AN B.

[4] Un second vase de style Base-Ring I, en travertin, issus de la même sépulture, est conservé au sein de la collection Bloch-Diener à Berne, en Suisse.

[5] Merrillees, R. S., « Metal Vases of Cypriot Type from the 16th to 13th Century B.C. », dans J. D. Muhly, R. Maddin, V. Karageorghis (éds.), Early Metallurgy in Cyprus, 4000-500 B.C.: Acta of the International Symposium held in Larnaca, Cyprus, 1st-6th June 1981, The Pierides Foundation, Larnaca, 1982, p. 233.

[6] Lilyquist, C., Egyptian Stone Vessels, Khian through Tuthmosis IV, The Metropolitan Museum of Art, New York 1995, cat. no. 83–84, p. 145.

[7] Merrillees 1968, The Cypriote Bronze Age Pottery Found in Egypt, Studies in Mediterranean Archaeology XVIII, Lund, 1968, pl. XXXV nos. 1-2; Karageorghis, V. et Merrillees, R. S., « Imitations of Late Cypriot Pottery found in Egypt », Report of the Department of Antiquities, Cyprus, 2007, p. 145-155.

[8] Höflmayer, F., « Egyptian Imitations of Cypriote Base Ring Ware in the Eastern Mediterranean», dans K. Duistermaat et I. Regulski (éds.), Intercultural Contacts in the Ancient Mediterranean, Orientalia Lovaniensia Analecta 202, Peeters, Louvain, 2011, p. 349–50.

8e conférence annuelle MCAA

La conférence annuelle de l’association des alumni Marie Skłodowska-Curie, qui s’est tenue en ligne ce week end, a été l’occasion de se prêter à l’exercice du poster scientifique et de présenter ITEM à un large public. Le thème de la conférence de cette année « La recherche en temps de crise », visait à offrir une réflexion collective sur les moyens de faire face aux défis actuels. La publication des données scientifiques en accès libre, l’organisation de journées d’études et d’ateliers en ligne ou encore la création de carnets de recherches tels que celui-ci, sont autant d’outils permettant de partager nos idées et de maintenir notre activité scientifique. Les vidéos des interventions sont désormais disponibles sur https://www.mariecuriealumni.eu/2021-conference-home

Publications anciennes, perspectives nouvelles

Fig. 1. Carte des sites mentionnés dans ce billet

Lorsque les objets ne sont plus accessibles, l’archéologue n’a d’autre choix que de mener une recherche purement livresque. La période actuelle est ainsi propice au réexamen des publications de fouilles anciennes. Reconnu comme l’un des pionniers de l’égyptologie, l’archéologue britannique Fl. Petrie publie en 1906 l’ouvrage Hyksos and Israelites Cities. Il y détaille entre autres le résultat des fouilles du site de Tell el-Yahudiyeh, localisé dans la partie orientale du delta du Nil (fig. 1). La planche VII de cette publication présente le matériel de la tombe 2 (fig. 2). L’assemblage est composé d’ un scarabée[1] (fig. 2:1) d’une cruchette peinte (fig. 2:2) ainsi que de trois vases dits « de Tell el-Yahudiyeh » (fig. 2:3-5), nom attribué à cette céramique à engobe noir et décor pointillé que l’on pensait alors originaire du site éponyme. Ces trois vases appartiennent aux types biconiques, globulaires et cylindriques attestés dans le delta pendant la XVe dynastie[2].

La cruchette peinte (fig. 2:2) est d’un intérêt tout particulier. D’après le dessin, elle est dotée d’une ouverture ronde, d’une lèvre à extrémité repliée, d’un col cylindrique, d’une panse ovoïde et d’un fond rond. L’anse est attachée sous la lèvre et sur l’épaule. Le col est orné d’une ligne horizontale à mi-hauteur et d’une autre à sa base, tandis que la panse porte un décor composé d’une alternance de lignes verticales droites et ondulées. Ce décor, inhabituel en Égypte, est en revanche caractéristique des cruchettes chypriotes White Painted Pendent Line Style. Le White Painted Pendent Line Style se développe pendant le Chypriote Moyen III et le Chypriote Récent IA dans la partie orientale de l’île de Chypre, vraisemblablement dans la région de Kalopsidha[3]. Les cruches et cruchettes de ce style sont bien attestées sur les sites de la côte levantine, à Ras Shamra (fig. 3) et à Sidon, ainsi que dans le delta du Nil, à Tell el-Dabʻa.

Fig. 2. Assemblage de la tombe 2 de Tell el-Yahudiyeh (Petrie 1906, pl. VII)

Néanmoins, malgré la proximité stylistique entre la cruchette publiée par Petrie et les vases White Painted Pendent Line Style, certains éléments formels diffèrent, tels que le type de la lèvre, la largeur du col, ou encore l’attache de l’anse. En outre, les peintres chypriotes de l’âge du Bronze avaient pour habitude d’utiliser un pinceau à têtes multiples pour tracer les lignes verticales de ce décor, réalisant des groupes de trois à sept traits et non pas des lignes isolées. Cette différence est évidente lorsque l’on compare la cruchette du site de Tell el-Yahudiyeh (fig. 2) à l’une des importations chypriotes découvertes lors des fouilles de Ras Shamra (Syrie) et publiée par Cl. Schaeffer en 1949 (fig. 3).

Fig. 3. Exemple de cruchette chypriote White Painted Pendent Line Style découverte à Ras Shamra (Schaeffer 1949, fig. 131:8)

Lorsque l’on observe plus attentivement l’assemblage de la tombe 2 du site Tell el-Yahudiyeh, on ne peut s’empêcher de remarquer une certaine proximité formelle entre la cruchette peinte dans le Pendent Line Style et les vases qui l’accompagnent. Les potiers ont vraisemblablement utilisé une forme qui leur était familière, celle des cruchettes de type biconique, et l’ont dotée d’un décor inspiré du Pendent Line Style chypriote. Petrie ne décrit ni le traitement de surface de ce vase, ni sa pâte, ni la technique dans laquelle il a été réalisé. Néanmoins, on peut supposer que, contrairement aux vases chypriotes qui sont modelés, cette cruchette a été tournée, à l’instar des vases dits de « Tell el-Yahudiyeh ». La pâte est également certainement semblable à celle de ces derniers, en limon du Nil I-d ou I-b-2. Nos déductions ont toutefois des limites et ces suppositions ne peuvent être vérifiées sans accès au matériel. Dans l’état actuel de nos connaissances, aucune White Painted Pendent Line Style importée n’a été découverte à Tell el-Yahudiyeh. Ce vase a pu être élaboré sur place mais il pourrait également être originaire d’un autre site du delta, Tell el-Dab’a, où sont attestées à la fois des importations et des imitations de céramiques chypriotes [4].

Fig. 4. Epingle non perforée découverte dans la tombe 2 de Tell el-Yahudiyeh (Petrie 1906, pl. VI)

Enfin, il est intéressant de souligner que la tombe 2 du site contenait également, d’après le dessin publié par Petrie, une épingle en bronze non perforée (fig. 4) [5]. Destinées à maintenir les vêtements, ces épingles sont bien attestées à Chypre pendant le Chypriote Moyen. Elles sont par la suite peu à peu remplacées par les styles perforés plus communs qui se développent au Levant[6]. L’individu inhumé dans cette sépulture avait-il un lien particulier avec l’île de Chypre ? S’agissait-il d’un commerçant égyptien qui s’y était rendu pour du négoce ? D’un chypriote établi en Égypte ? Ou d’un voyageur de passage ? Il est également possible que la présence de ces objets ne soit que le reflet de l’intensification des connections entre Chypre et le delta du Nil à la fin de la Deuxième Période Intermédiaire. La question reste ouverte.


[1] Ben-Tor 2007, classe 2B2, p. 13-14, pl. IV:25.

[2] Aston & Bietak 2012, groupes L8 (fig. 182), L9 (fig. 189) et L.12 (fig. 201). Ces types « égyptiens tardifs » sont attestés dans les phases E/1 à D/2 de Tell el-Dab’a (fig. 253), corrélées avec la XVe dynastie Hyksôs par le fouilleur.

[3] Åström 1966, 83-86.

[4] Vilain 2018.

[5] Petrie 1906, p. 12, pl. VI.

[6] Philip 2006, 159-160.

Références:

Aston, D. & Bietak, M. 2012 (éds.), Tell el-Dabʻa VIII. The Classification and Chronology of Tell el-Yahudiya Ware, Untersuchungen der Zweigstelle Kairo des Österreichischen Archäologischen Institutes, Vienne.

Åström, P. 1966, Excavations at Kalopsidha and Ayios Iakovos in Cyprus, Studies in Mediterranean Archaeology 2.

Ben-Tor, D. 2007, Scarabs, Chronology, and Interconnections: Egypt and Palestine in the Second Intermediate Period. Fribourg / Göttingen: Academic Press / Vandenhoeck Ruprecht.

Petrie, Fl. 1906, Hyksos and Israelites Cities, British School of Archaeology in Egypt and Egyptian Research Account 12th Year, Londres.

Philip, G. 2006, Tell el-Dabʻa XV. Metalwork and Metalworking Evidence of the Late Middle Kingdom and the Second Intermediate Period, Untersuchungen der Zweigstelle Kairo des Österreichischen Archäologischen Institutes, Vienne.

Schaeffer, Cl. 1949, Ugaritica. II, Nouvelles études relatives aux découvertes de Ras Shamra, BAH 47, P. Geuthner, Paris.

Vilain, S. 2018, « Imitations et productions locales influencées par la céramique chypriote White Painted Pendent Line Style à Tell el-Dabʻa », Egypt and the Levant XXVIII, p. 487-505.

Le lancement du projet ITEM à la Cyprological Conference (8-11 décembre 2020)

Bien qu’il n’ait débuté que le 1er décembre 2020, le projet ITEM était présent lors de la Digital Cyprological Conference, organisée par G. Bourogiannis, sous les auspices de l’ Institute of Historical Research de la National Hellenic Research Foundation (Athènes, Grèce). La conférence de cette année était dédiée aux connections internationales de l’île de Chypre du Bronze récent à la période Classique. Intitulée From Trading Connections to Cultural Exchanges: Cypriot Imports and their Imitations in the Levant and in Egypt during the Late Bronze Age, la présentation réalisée dans le cadre d’ITEM s’est concentrée sur le cas particulier de la céramique Base-Ring Ware. Originaire de la vallée de l’Ovgos, dans le nord-ouest de Chypre, cette production a été largement exportée en Méditerranée orientale. Aisément identifiable, la Base-Ring Ware a rapidement attiré l’attention des archéologues officiant au Levant et en Égypte. Pour découvrir de quelle(s) manière(s) cette fabrique chypriote emblématique a été imitée et intégrée aux cultures matérielles égyptiennes et levantines, rendez-vous sur la chaîne YouTube de la National Hellenic Research Foundation où l’intégralité de la Cyprological Conference est désormais disponible.

Pour accéder à la conférence, rendez-vous sur https://www.youtube.com/watch?v=4VIeTg05TiY à 5h13 minutes pour ITEM

Bienvenue sur le carnet de recherche d’ITEM!

Ce carnet est consacré au projet ITEM – Imitations and inTeractions in the Eastern Mediterranean. ITEM propose une étude multirégionale et diachronique des mécanismes à l’œuvre dans le développement d’imitations et de productions inspirées par les céramiques chypriotes au IIe Millénaire av. n. è. Il vise à évaluer la manière dont le développement d’imitations est lié à l’intensification des échanges entre Chypre et la Méditerranée orientale et examine leur progressive évolution en échanges culturels aux âges du Bronze moyen et du Bronze récent.

Ce projet s’articule autour de cinq axes complémentaires :

1) De théories en concepts. Ce premier axe explore les notions d’imitation, copie, inspiration et influence à travers différentes théories issues de l’anthropologie et de la sociologie. À travers cette question en apparence simple, « qu’est-ce qu’une imitation ? » son objectif est de proposer des alternatives aux interprétations traditionnelles du matériel archéologique.

2) De contacts occasionnels en échanges organisés. La seconde phase de recherche examine le développement des échanges entre Chypre et la Méditerranée orientale afin de définir quand apparaissent les premières imitations de céramiques chypriotes et en quoi leur développement est lié à l’évolution des schémas de circulation des importations pendant la seconde moitié du IIe millénaire av. n. è.

3) Des techniques aux motifs. Les productions chypriotes ont été imitées dans une grande variété de matériaux : céramique, verre, faïence, pierre ou encore bois. Le troisième axe du projet vise à éclairer les processus complexes à travers lesquelles les techniques, formes et motifs chypriotes ont été adaptés différemment en fonction 1) des matériaux utilisés et 2) des traditions locales des régions qui les ont adoptés.

4) De la circulation des biens à la circulation des idées. Le quatrième axe examinera les contextes de découverte de ces objets afin de définir s’ils ont, dans les différentes régions de la Méditerranée orientale, des fonctions similaires à celles de leurs modèles chypriotes. Les objets seuls ont-ils été adoptés et adaptés? Ou bien ont-ils également transmis les savoir-faire ainsi que les pratiques culturelles et sociales auxquelles ils sont liés?

5) De la circulation des idées à la circulation des personnes. La dernière phase du projet sera consacrée aux indices archéologiques, épigraphiques et iconographiques de la présence chypriote en Méditerranée orientale. L’objectif est de déterminer si des marchands ou artisans originaires de l’île de Chypre ont pu résider, au moins temporairement, dans certaines des cités portuaires de l’âge du Bronze récent.

À travers des publications mensuelles, ce carnet de recherche proposera des articles de synthèse sur la recherche en cours ainsi que des pistes de réflexion sur chacun des axes du projet. Loin d’être cantonnées à l’âge du Bronze, les thématiques qui seront développées ici, à savoir la mobilité, les échanges et la transmission culturelle, la globalisation et la diversité, sont plus que jamais pertinentes pour nos sociétés modernes.