Conférence finale du projet ITEM (Imitations and inTeractions in the Eastern Mediterranean)

La MSH Mondes (Université Paris Nanterre) a accueilli les 23 et 24 Novembre derniers la conférence finale du projet ITEM. Intitulé Better a good copy than a bad original : A transmediterranean approach to imitations and transpositions of Cypriot wares during the 2nd millennium BCE, cet événement a réuni une dizaine de chercheurs issus de sept pays différents (France, Grèce, Chypre, Royaume-Uni, Turquie, Liban, Etats-Unis).

Les communications de la première session ont traité de l’aspect social du phénomène d’imitation (L. Hulin, Oxford) et proposé des études de cas dans des aires géographiques complémentaires : le Levant nord (H. Charaf, Beyrouth), le Levant sud (C. Bergoffen, New York), et l’Anatolie (E. Kozal, Fribourg). La deuxième session était consacrée à l’Égypte, en particulier aux différentes productions de céramique Bichrome Wheel-made Ware (I. Hein, Vienne) et aux transpositions en pierre de formes chypriotes, un phénomène qui se développe au début du Nouvel Empire (S. Vilain, Université Paris Nanterre). La troisième session a abordé Chypre et le monde égéen, en proposant un aperçu imitations de vases chypriotes dans le monde égéen (G. Bourogiannis, Cambridge) avant de d’aborder le phénomène inverse, c’est-à-dire l’imitation par les potiers chypriotes de formes étrangères (A. Georgiou, Nicosie).  La circulation des personnes a également été questionnée lors d’une communication sur la présence de marchands et d’artisans chypriotes sur l’île de Santorin aux environs de 1450 av. n. è. (T. Marketou, Rhodes).

Ces différents interventions ont montré qu’il ne suffisait pas qu’une catégorie de récipients soit appréciée ou importée à grande échelle pour déclencher le processus d’imitation : les vases utilisés comme modèles doivent être dotés de traits distinctifs immédiatement identifiables par l’acquéreur. Bien que les formes et les motifs soient imités, on remarque que la technique, le plus souvent, est locale : les potiers restent fidèles aux savoir-faire de leur communauté. Ce conservatisme provoque des transferts de techniques – par exemple reproduire au tour une forme modelée – qui impliquent des adaptations formelles.

Les transpositions en pierre sont contemporaines des prototypes en céramique et en métal qui circulaient alors en Méditerranée orientale. Contrairement aux productions céramiques, accessibles à une plus large frange de la population, les transpositions en pierre étaient réservées à une élite aux connections internationales. Ainsi, pendant l’âge du Bronze récent, les habitants de la Méditerranée orientale avaient accès non seulement aux importations chypriotes mais également à leurs imitations ainsi qu’à d’autre types de productions qui leur étaient typologiquement liées. On peut alors se demander dans quelle mesure les membres des sociétés variées de Méditerranée orientale étaient conscient du modèle d’origine et s’ils faisaient, ou non, la différence entre ces productions variées.



Citer ce billet
Sarah Vilain (2022, 25 novembre). Conférence finale du projet ITEM (Imitations and inTeractions in the Eastern Mediterranean). ITEM. Consulté le 23 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/rny9

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.